Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 07:00

Fryderyk Szopen.

Cela ne vous dit rien ?

 

Frédéric Chopin ?

Ah oui, lui, vous le connaissez.

 

Né à Żelazowa Wola (50km de Varsovie) en 1810 ; mort à Paris, Place Vendôme en 1849. Entre les deux, une vie des plus remplies.

 

D’un père français, d’une mère polonaise, le petit Frédéric est pourtant à 100% polonais. Déménageant à Varsovie quelques semaines après sa naissance, ses parents acquièrent un piano et l’enfant se révèle très précoce et très doué. A huit ans, il joue avec un orchestre et est célèbre dans toute la ville.

Après le lycée, le jeune Chopin entre au Conservatoire en 1826 et se met à composer. En 1827, sa sœur aînée contracte la tuberculose et meurt. Frédéric est souvent malade, chaque petite infection pouvant devenir mortelle, et il restera souffrant jusqu’à la fin de sa vie, faible et amaigri. Des scientifiques polonais ont émis l’hypothèse qu’il eut pu être atteint de la mucoviscidose.

Il quitte Varsovie pour Vienne en 1830 et ne reviendra jamais en Pologne. Il passe une année dans la capitale autrichienne pendant que son pays se soulève contre la domination russe avant de se voir écraser. C’est à ce moment-là qu’il commence à composer ses œuvres les plus célèbres (Etudes op.10 et op.25).

Il rejoint Paris en 1831 et plonge dans la vague romantique qui secoue la vie artistique de la capitale au même moment que débute la Monarchie de Juillet. Après des débuts timides, il connait un succès impressionnant jusqu’à sa mort en 1849. Son dernier concert, le 16 février de cette année, fut, d’après La Gazette Musicale, fabuleux : « c’est tout au plus si nous arriverions à vous donner l’idée d’un talent purement idéal, et dans lequel la matière n’entre à peu près pour rien. Pour faire comprendre Chopin, nous ne connaissions que Chopin lui-même; tous ceux qui assistaient à la séance de mercredi en sont convaincus autant que nous ».

De 1831 à 1847, Chopin est le compagnon de George Sand, mais leur rupture le laisse affaibli. Il meurt le 17 octobre 1849 Place Vendôme et est enterré au Cimetière du Père Lachaise au son de Sonate pour piano n°2, la célèbre Marche Funèbre. Son cœur, lui, a été transporté jusque Varsovie où il a été placé dans un pilier de l’Eglise Swiętokrzyska sur Krakowskie Przedmieście.

 

 

Chopin est une fierté nationale en Pologne. Dans le Park Łazienkowski, au centre de Varsovie, trône une gigantesque statue du pianiste. Quand les beaux jours arrivent, chaque dimanche après-midi, un pianiste renommé vient jouer, pendant une heure, des morceaux de Chopin en plein air, pendant que la foule se rassemble sur les bancs et dans l’herbe autour du monument. Pour y être allé plusieurs fois, c’est très bien (même si une fois je me suis endormi, et une autre j’étais trop absorbé par un combat de catch entre deux bébés).

 

252080_10150205805453734_3878684_n.jpg

Concert à Łażienki.

 

Evidemment, il existe un musée consacré à Frédéric Chopin à Varsovie. La boutique est géniale. Après, le musée en lui-même… C’est très avant-gardiste, c’est spécial. Des pièces classiques reconstituent les salons du pianiste ou exposent des correspondances, des partitions, des photographies. D’autres sont beaucoup plus bizarres, avec une atmosphère sonore parfois dérangeante. Dans un couloir, point de piano, mais une voix bruyante qui murmure « Chooopin Chopin Chopin Chooopin ». C’est stressant et ça fout mal à l’aise (et ça reste dans la tête des heures…Chooopin Chopin Chopin !). Par contre, il y a une base de données gigantesque à consulter sur place, ainsi qu’une salle de concerts (évidemment).

 

« Chooopin Chopin Chopin Chooopin ! »

Partager cet article

Repost 0

commentaires