Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 07:00

Comme je le disais dans un précédent article, j’ai assisté dans un minuscule village perdu de la campagne polonaise à la nouvelle sanctification d’un monument à la gloire de Marie, commémorant l’Insurrection de Janvier.

 

L’image de toutes ces (arrière) grand-mères assises sur des bancs, répétant inlassablement à tue-tête des chants religieux m’a un peu troublé. Non pas que ça me dérange, les gens croient en ce qu’ils veulent tant qu’ils ne m’ennuient pas trop avec. C’était juste quelque chose de totalement inédit pour moi.

Ces personnes âgées, issues d’un milieu rural (profond), constituent la cible parfaite des programmes de la station Radio Maryja. Oui, oui, Radio Marie. Une station de radio réservée au catholicisme. Ils ont aussi leur chaine de télévision (Trwam), ainsi qu’un journal (Nasz Dziennik), mais centrons-nous plutôt sur Radio Maryja.

 

Radio-Maryja1.jpg

 

Je n’écoute jamais la radio. Jamais. Je préfère choisir la musique que je veux écouter. En Pologne, je ne connais que ce que la Dame écoute, Radio Zet, qui passe les mêmes chansons depuis 2011 (Moi…Lolita et Gitane de Garou passent au moins une fois par jour). Ensuite, comme en Slovaquie, il y a les habituelles stations qu’on retrouve en France, comme feu-Europe 2.

J’ai eu vent de Radio Maryja dans un article du Canard Enchainé (deuxième semestre 2011, mais plus sûr du tout), qui expliquait rapidement  que si le Vatican condamnait les dérives nationalistes et antisémites proférées sur les ondes de la station, elle ne se privait pas pour en tirer quelques subsides bien utiles pour renouveler les dorures du Saint-Siège.

 

Mais avant d’aborder le sujet des propos tenus à l’antenne, revenons un peu sur l’historique de Radio Maryja. La station a été fondée dès 1991 par (Père) Tadeusz Rydzyk, financée via les dons des fidèles. Grâce à un accord Vatican-Pologne, Radio Maryja n’a pas l’obligation de dévoiler toutes les sources de ses revenus.

A l’antenne, la grille des programmes est plutôt simple : journaux d’information, messe quotidienne, récitations du rosaire, discussions sur le catholicisme, suivi des voyages papaux et surtout débats politiques et sociétaux.

 

Radio Maryja ne représente pas les autorités catholiques polonaises, qui sont d’ailleurs bien gênées par ce que l’ancien Secrétaire Général de l’Episcopat Polonais Tadeusz Pieronek décrivait comme une radio aux programmes « compromettants, honteux, malades et dangereux ». Mais que peut-il bien se dire sur ces ondes pour provoquer un tel rejet ?

 09a08028

Tadeusz Rydzyk

 

Le Vatican désapprouve Radio Maryja pour son trop grand engagement politique, sans surprise très à droite. Tellement à droite que l’épiscopat polonais a peur de l’image donnée à l’Eglise par les propos tenus à l’antenne, qui sont d’une intolérance extrême. Qu’y retrouve-t-on ?

Nationalisme, antisémitisme, anticommunisme, antigermanisme en majorité. Pour résumer, le communisme est arrivé en Pologne à cause des Juifs, Auschwitz n’était pas un camp d’extermination mais juste de travail, les Juifs conspirent derrière le dos des Polonais (original, ça, tiens), j’en passe et des bien pires.

Bien évidemment, à chaque fois, Radio Maryja a été condamnée par la justice polonaise.

 

La droitisation de Radio Maryja s’est amplifiée avec le temps, si bien qu’arrivé à un moment, même la politique du PiS de Kaczyński était trop molle pour eux, et a fini par même lutter contre lui, Rydzyk dénonçant le défunt Président comme un « escroc qui s’est plié aux pressions du lobby Juif ».

 

Alors oui, c’est une station de radio très spéciale, mais malgré leur pouvoir médiatique, cela reste très anecdotique, avec une audience d’environ 2%. Radio Maryja fait du bruit, certes ; mais est-ce suffisant pour que leur message soit entendu ? C’est moins sûr.

Il est certain que la radio a sa communauté de fidèles, la « Famille Radio Maryja », qui participe à des pèlerinages organisés par Rydzyk, mais cela va-t-il vraiment plus loin ?

 

Si vous voulez écouter Radio Maryja, c’est par là :

 

http://www.radiomaryja.pl/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jozef 28/07/2013 01:22

Je prends la responsabilité de ce message, mais comprenez qu'une extrême-droite qui n'appelle pas l'intimidation juive par son nom, lorsqu'elle advient, n'est pas digne envers elle-même. Les vieilles bigotes de la campagne voteront toujours à droite, la question de Radio Maryja est ailleurs. Prenons par exemple :
http://ncronline.org/authors/donald-snyder C'est un journaliste juif qui écrit pour un magazine catholique américain de gauche 4 articles bien sentis et totalement neutres sur la Pologne :
1) "Un prêtre catholique honore ses racines juives."
En fait de catholique, il s'est converti par le hasard d'un papier d'identité pendant la guerre. Mieux, il a décidé d'être enterré selon le rite juif, et sa tombe n'aura pas de croix. Ha ! ha ! Exactement comme Mgr Lustiger.
2) "Une ville qui évoque deux Pologne"
Là on parle de Radio Maryja, la honte de Varsovie, et de l'autre côté de la Vistule, une école où des chrétiens étudient les origines juives du christianisme (occultant qu'il s'est hellénisé et occidentalisé), "dans l'espoir que les deux fois se rejoignent". Dans quel but ? L'article le dit : l'école est financée par l'UE, la ville et des personnes privées, tandis que la radio est financée par ses auditeurs.
3) "La Pologne s'ajuste à l'ère séculière"
À propos du mouvement de M. Palikot. L'article est constant dans sa critique de l'Église, affirme que les jeunes bien éduqués soutiennent une "Pologne multiculturelle" c'est-à-dire sans Église protégée par la loi, et donc... sans un Dieu commun auquel tous les Polonais peuvent se rattacher. Comme quoi, l'accusation de peuple déicide est une théorie attirante…
4) (Le Must) "Des éducateurs raniment la mémoire des juifs polonais"
Tout est dit dans la première ligne : "Toutes les villes, tous les villages de Pologne eurent leur Holocauste. C'est que que Zuzanna Radzik veut enseigner aux enfants polonais." La logique de cette repentance apprise dès le plus jeune âge, c'est bien sûr d'être anti-nationaliste.
Et ces quatre articles FONT SENS. On souhaite que le petit Polonais repentant soit docile quand l'Union européenne voudra lui échanger ses złoty contre des euros venus des contrées les plus immorales. Elle le paie déjà pour aller à l'école de Varsovie où il désapprend la nature du christianisme. Comme, dès lors, toutes les religions se valent et qu'il ne sait plus repousser les marchands du temple, nihilisme : il votera Palikot (2) qui l'amènera avec les Libéraux vers un avenir en rose fluo. Les vieilles ne prieront plus guère qu'aux messes d'enterrement, et, s'il faut que les filles pleurent, ce ne sera plus devant une croix, mais devant un film sur Auschwitz ; elles deviendront ardentes dans l'enseignement de la Shoah plutôt que celui, universel, du Christ. Faute de Dieu, on ne se souciera guère de son prochain (qu'il nous laisse tranquille). Le projet de chacun sera encadré par les directives européennes et le marché qui l'un comme l'autre l'invitent à l'exil et au mélange, plutôt qu'à l'auto-détermination… c'est un devoir pour tout Polonais fier que de dénoncer tout cela.

P.S. : Et ça n'est que l'activisme d'un seul journaliste juif ! Qu'en est-il de ceux dans les institutions internationales ? S'il y a de la haine entre catholiques et juifs, ce ne peut pas être la faute des catholiques, que les juifs ne veulent visiblement pas laisser en paix. Mais pour comprendre ce qu'est le peuple juif, il faut lire l'Ancien Testament, et après avoir suffoqué face à tant de haine raciale et de prétention, commencer la lecture du Nouveau… tout cela fait sens, donc.
P.P.S : Mais qui est Salomon Morel ?